Avitaillement du voilier – Liste pour 4 semaines d’autonomie

Maintenant que les ustensiles ont pris leur place à bord, il faut s’occuper de ce que l’on va manger.

Voici une liste non exhaustive. C’est elle qui nous accompagne dans nos traversées océaniques et lors de nos croisières hors des sentiers battus, quand il n’y a pas d’avitaillement possible aux escales prévues.

Cette liste conçue au départ pour la traversée de l’Atlantique reste adaptable à toutes les navigations de plusieurs jours. Il suffit de convertir suivant le nombre de jour et le nombre de passagers.

Pour l’Atlantique, on prévoit entre 17 et 25 jours de traversée. Et même si on pêche fréquemment sa petite dorade « portion » (nous les avons appelées ainsi parce qu’elles étaient parfaites pour deux), on ne peut pas juste compter sur la pêche.

Pêche en Atlantique

C’est le moment des grosses courses !

Soit on y va plusieurs fois, soit on se munit de suffisamment de jetons ou pièces pour les caddies et en route pour une grande marche dans le supermarché.

Nous nous préparons psychologiquement car nous n’aimons pas ça, mais nous devons reconnaître que c’est bien pratique. Je me chausse confortablement, je n’oublie pas mes lunettes pour déchiffrer les étiquettes et je commence par dévaliser le rayon bio.

Pat de son côté s’occupe des boissons. Pour un approvisionnement tel que décrit ci-dessous, nous récupérons 3 caddies et prévoyons les sacs en conséquence.

Et nous choisissons l’horaire et le jour où normalement il ne devrait pas y avoir grand monde… Et c’est parti.

Ma liste pour quatres semaines d'autonomie

A) Alimentation générale

  • 4 paquets de Biscuits, 4 pains d’épices, 8 poches pain grillé
  • Chocolat à croquer et chocolat en poudre (suivant consommation habituelle)
  • 2 kg café, de quoi faire une centaine de thés et infusions
  • Une trentaine de soupes déshydratées en sachets ou en pot bien pratique ensuite pour conserver d’autres choses
  • 1 kg de lait en poudre
  • 2 boites de lait concentré sucré. 4 boîtes de lait de coco
  • 2 kg Céréales. 2 kg de miel (dont un pour la pharmacie)
  • 1 kg semoule de couscous, 2 kg spaghettis, 2kg riz, 1kg quinoa, 2kg de lentilles (facile à faire germer pour avoir un semblant de petit jardin à bord), graines à germer variées
  • 10 kg de farine de sarrasin (on n’en trouve pas partout et faire de bonnes galettes aux escales est très apprécié par nos voisins !)
  • 10 kg de farine à pain et la levure de boulanger qui va avec
  • 3 kg farine blanche pour les crêpes et gâteaux. Levure à gâteau
  • 3 kg sucre
  • 2L huile tournesol, 1l huile olive, 1 bouteille d’huile de noix. Préférer les bouteilles opaques ou les rangements à l’abri de la lumière
  • 2l de vinaigre de cidre (efficace pour remplacer le shampoing au passage), et autre vinaigre tel que le balsamique
  • Une trentaine d’œufs que l’on conserve à température ambiante en les enduisant d’un peu de vaseline afin de les rendre étanche à l’air. Les retourner une fois par semaine pour que le jaune ne colle pas à la coquille. Les stocker dans des boîtes à œufs saines (il se peut que les boîtes en papier cartonné contiennent des œufs de cafards) et robustes mais où l’air circule. J’ai des boîtes en plastique que j’ai percées dans chaque alvéole pour éviter les odeurs de renfermé. Ainsi on peut les conserver au moins 3 mois. Attention, ne pas acheter d’œufs qui auraient été réfrigérés, ils se conservent moins longtemps et doivent alors rester au frais
  • Épices : noix de muscade (vous en trouverez de délicieuse sur l’île de Grenade), curry, curcuma (frais et en poudre), gingembre (frais et en poudre), safran, cumin, cannelle, vanille (la meilleure c’est celle de Tahaa en Polynésie française)
  • Condiments : Poivre (des Vanuatu, il est trop bon), les herbes de Provence, le fenouil, le basilic, persil, coriandre, le sel de l’île de Ré ou de Guérande (pour ne pas faire de jaloux) !
  • Cornichons, câpres, moutarde, olives, Tabasco, Fruits secs

Note : Je ne peux pas cuisiner sans épices et au fur et à mesure de nos navigations j’en ai découvert de nouvelles, et surtout de nouvelles utilisations pour celles qui voyagent toujours avec moi.

Conserves et bocaux (il y aura un article dédié à ce sujet)

  • Une vingtaine de boîtes ou bocaux de légumes variés (tomate, champignons, poivron, haricots verts et rouges, petits pois…)
  • Poissons (sardines, maquereaux…)
  • Viande (confit de canard toujours bienvenus quand il y a quelque chose à fêter, pâté, bœuf)
  • Fruits (poire, pèche, ananas et compote)
  • Plats préparés en bocal ou sous vide (tajine, bolognaise, bourguignon)

B) Produits frais

Végétaux

  • Pommes, poires (pas trop mûres)
  • Oranges, citrons
  • Bananes (pas trop mûres)
  • Tomates encore un peu vertes (elles mûriront à bord)
  • Pommes de terre, carottes
  • Poireaux, chou
  • Oignons, ail

Produits laitier

  • 1 kg Beurre longue conservation si pas de frigo, sinon du bon beurre comme on l’aime
  • Fromage à pâte dure
  • Fromage de chèvre sec…
  • Parmesan

Jambon et Saucissons

Bien envelopper dans des torchons, à surveiller de près car il ne faut tolérer aucune moisissure, ils doivent rester secs ! Et veiller aux mouches…

C) Boissons

Bières (une soixantaine de canettes), du cidre pour les galettes, du vin, du Pineau charentais pour le côté chauvin, du Ricard, la bouteille de rhum pour le ti-punch du coucher de soleil, et….la bouteille de Champagne pour le passage de l’équateur !

Ne pas croire que nous soyons de gros buveurs mais nous avons toujours en plus des bières incontournables du capitaine, au moins un peu de vin à bord autant pour le plaisir que pour la cuisine.

Et quand on a l’occasion de faire escale aux Antilles, c’est le moment de stocker du rhum pour plusieurs mois, car dans le Pacifique l’alcool est hors de prix.

5 litres de Jus de fruits et 5 de jus de légumes.

Et de l’eau !!! ….Un sujet qui sera évoqué dans la suite de ces articles au sujet de la vie et de l’organisation de la cuisine à bord !

Retour haut de page