Contact : info@mata-i-nautisme.fr

Océan de plastique

Océan de plastique
8 mars 2017 Patrick Belliot

Océan de plastique

Nous ne voulons pas vivre sur une poubelle

L'arbre à plastique

Opération dépollution à Raiatea mars 2017

Aujourd’hui nous voulons partager une courte vidéo avec vous car il y a des citoyens qui se bougent. Il s’agit d’une initiative venue tout droit de Raiatea où nous avons vécu trois années entre 2010 et 2013. Nous sommes interpellés par ces initiatives et souhaitons encourager les personnes qui en sont à l’origine !

Force est de constater que ce sont bel et bien les citoyens qui se bougent qui permettent à nos société d’évoluer. En effet lorsque les politiques publiques échouent, par manque de courage ou de volonté, ou par corruption, certains n’hésitent pas à mettre la main à la pâte.

Responsabiliser les populations

Ces initiatives doivent être encouragées et partagées, et je ne peux que dire un grand bravo pour cette chouette vidéo !

Opération dépollution 01-03-2017

Le monde change 🌎les mentalités aussi 🤘🏻🌎🐠🐟🐋

Publiée par Project Rescue Ocean Polynésie sur Dimanche 5 mars 2017

Cela dit, il faut aller plus loin ! En effet, c’est difficile à accepter que nos jeunes et certaines personnes plus engagées que les autres soient obligés de faire eux -même ce travail.

Faire bouger nos responsables politiques

Des solutions existent. Ce n’est pas le citoyen qui décide de la mise en place du tri sélectif, de la valorisation des déchets, des taxes sur les produits importés et polluants, de la mise en place de systèmes de consigne, etc… Ce sont nos responsables, nos représentants, nos élus. Ils sont là pour ça, alors il serait bon parfois de le leur rappeler là où la défaillance est vraiment trop exagérée comme c’est le cas, par exemple, à Raiatea ! Déposer tous les déchets ramassés un peu partout devant la mairie pourrait, peut-être, être un acte montrant que nous attendons de nos élus un peu plus d’actions concrètes vis à vis de la protection de notre environnement.

Dans certaines îles, beaucoup d’espace mais aussi beaucoup de déchets

Nous vous montrerons bientôt les photos que nous avons pu faire pendant ces années de voyage. Je peux vous dire qu’on s’est indigné plus d’une fois et que des poubelles on en a ramassé partout dans les îles. Lorsqu’on se balade dans les îles de Polynésie, ou des Antilles, on croise ce genre de tas beaucoup trop souvent :

Poubelles de Raiatea

Il est temps de réfléchir à des solutions !

Comme évoqué plus haut, elles existent.

Une solution parmi tant d’autres : La consigne

La consigne par exemple est une excellente solution. Tout le monde a compris que pour récupérer sa pièce, il fallait ramener son cadi. À Raiatea, les cadis non consignés finissent parfois dans le port. Ils sont repêchés avec le reste, une fois par an par le club de plongée dans une grande « journée de l’écologie » qui montre le problème au grand jour, sans vraiment offrir de solutions concrètes.

Car dans les îles, beaucoup de choses non valorisées ou non consignées finissent dans la nature. Des batteries aux pots de peinture, des bidons d’huile aux médicaments, des piles au canettes en alu, des sacs plastiques aux bouteilles de jus, des voitures au matériel électroménager….

Hors il suffirait d’instaurer un système de consigne pour collecter une grande partie des déchets. Pas tous, mais une grande partie, c’est évident.

Il arrive que même les pharmacies rechignent à récupérer nos médicaments périmés ! Nous l’avons vécue dans une Pharmacie de Nouméa, baie de la Moselle, avec une employée très gentille par ailleurs, mais qui n’a pas prie conscience de son rôle sur cette planète. Elle a jeté les médicaments dans la poubelle devant nous, pas de recyclage ici ?! (Nous les avons alors ramené avec nous.) On prend alors conscience du travail éducatif qu’il reste à faire.

Les obus de Hinano

Au moins, à Raiatea et dans toute la Polynésie, on trouve…. »les obus ». Il s’agit des bouteilles de bière Hinano ! Elles font un demi litres et ont la forme d’un obus, d’où leur nom. Ces bouteilles se vendent dans des caisses de 20. L’ensemble (ainsi que chaque bouteille) est consigné, tout simplement ! Imaginons le nombre de bouteilles en moins dans ce magnifique lagon, si on en faisant autant avec toutes les autres boissons !

En effet j’estime que 70 ou 80 % des déchets plastiques du lagon viennent des boissons !

Déguster une Hinano au bord du lagon, il n’y a rien de tel ! Mais hors de question de polluer ce paradis en y jetant nos obus !

Obus de Hinano

La qualité de notre environnement, c’est notre affaire à tous !

Les déchets dans la plupart des îles que nous avons visités, quand ils sont collectés, finissent dans des trous qui régulièrement prennent feu plus ou moins volontairement. La plupart des gens ne savent pas que la fumée générée par le plastique est toxique, ou que le plastique est recyclable…Cela ne peut pas continuer, il faut organiser des campagnes d’information.

Récemment à Nouméa en Nouvelle Calédonie la mangrove a subit une pollution inadmissible aux matières fécales. Faut il le rappeler, la mangrove est une nurserie pour les poissons du lagon, elle est vitale pour l’écosystème et donc vitale pour nous, les humains.

Nous appelons donc tout le monde à s’informer, à proposer des solutions, à se bouger les fesses, à s’indigner et à voter. C’est à chacun d’entre nous à la fois de limiter notre impact, d’essayer de convaincre notre prochain, et de pousser les élus à agir !

Je ne résiste pas à l’envie de vous partager cet article de Mr Mondialisation : 500 fois plus de plastique dans l’océan que d’étoile dans la galaxie.

Ainsi que cette vidéo un peu déjantée du « professeur Feuillage » qui s’y trouve : Le plastique dans nos océans

Et si jamais vous n’êtes toujours pas convaincu du fait que ce n’est plus possible de continuer comme ça, regardez donc la vidéo d’Alison ci-dessous.
Un pays sous-développé ? Un pays qui n’a pas les moyens d’éduquer, de sanctionner, de légiférer, d’organiser, de collecter, de recycler ? C’est ça, ce sont les USA.
Le pays où dans le même état, la Californie, vous pouvez avoir des villes exemplaires comme San Francisco et des villes dégueulasses qui détruisent NOTRE environnement à tous, Los Angeles.

Ce n’est donc pas une question de moyen. C’est une question de conscience et de volonté citoyenne et politique :

Allez les amis, courage, avec de l’engagement nous pouvons encore changer les choses !

Patrick Belliot

Mata’i Nautisme