Contact : info@mata-i-nautisme.fr

Découpe des matelas à bord

Découpe des matelas à bord
9 août 2017 Patrick Belliot

Découpe des matelas à bord

Nous dormons dans la cabine avant que vous voyez ci-dessous, toute l’année, depuis septembre 2008. Alors les histoires de mousses et de matelas pour bateau on connait ! Et comme nous sommes particulièrement satisfaits de la solution que nous avons trouvée, nous allons la partager avec vous !

Cabine avant voilier FIDJI

Marre du mal de dos !

Vivre sur son voilier, pendant plusieurs années, on aime. Cela dit, avec un certain confort c’est encore mieux. Car c’est vraiment désagréable de se lever plié en deux parce que la mousse du matelas se creuse irrémédiablement avec le temps !

Lorsque nous avons acheté notre voilier en 2007, il était équipé de façon tout à fait classique de mousses d’une douzaine de centimètres d’épaisseur dans les cabines, 8 centimètres dans le carré. Mais il se trouve que ce genre de mousse ne tient guère longtemps en vérité. C’est sûr que pour passer quelques semaines à bord cela peut suffire. Mais pour un usage « intensif » ça ne le fait pas : Au bout d’un moment on se retrouve dans le lit avec un trou au niveau du bas du dos.

Dès les premiers mois nous avons commencé par changer quelques mousses des assises dans le carré, commandées sur mesure à La Rochelle avant le départ. Il nous a fallu du temps pour comprendre que nous aurions dû faire de même avec les cabines et tout changer avant de partir. Mais rapidement tout de même, nous avons réalisé que nos douleurs dans le dos venaient de la piètre qualité de la mousse de notre lit et peut-être du fait qu’elle soit coupée en deux dans le sens de la longueur. Donc après quelques mois avec le dos en vrac dès le réveil, alors que nous étions aux Antilles, nous avons investi dans des nouvelles mousses.

Les mousses HR35 achetées en Martinique

C’était en Martinique en 2009, nous avons choisi sur les conseils « avisés » des professionnels, des mousses HR (Haute Résilience) de la « meilleure qualité disponible » (35 Kg/M3) d’une épaisseur de 18 centimètres. Ce matelas, en forme de trapèze dans la cabine avant, nous l’avons gardé en un seul morceau car nous avons supposé que la mousse se comporterait mieux ainsi. Nous l’avons fait découper sur mesure et avons payé une somme rondelette pour l’ensemble, autour de 600 Euros si mes souvenirs sont exacts.

Certes, c’était mieux, au début. Car au bout d’un an à peine ça n’allait déjà plus. Nous dormions chacun dans le trou que nos corps avaient fait dans la mousse et nous sortions à nouveau du sommeil avec le dos endolori. Nous ne sommes pourtant pas obèses nom d’une pipe !

Ci dessous, les fameuses mousses de diverses épaisseurs et diverses densités que vous trouverez sur le marché :

Mousse pour matelas voilier
Découpe mousse pour matelas voilier

Les mousses achetées en Colombie

Donc après avoir changé ces mousses pour la cabine avant en Martinique, notre route vers l’ouest a continué. Mais le reste des mousses du bord, en particulier celle de la banquette principale du carré (qui est accessoirement un lit – une bannette), qui ne faisaient que 8cm d’épaisseur, était complètement morte elle aussi. Ce n’était plus possible, on avait même mal aux fesses à force d’être assis dans ce bateau !

Nous avons donc remédié à ce problème en Colombie : Tarifs incroyables ! Les mousses qui ressemblaient à s’y méprendre à la soi-disant « top-qualité » de Martinique coûtaient au moins 5 fois moins chers ! Mais les termes « Haute Résiliance » ou « Bultex » étant inconnus dans le magasin sur place, nous avons acheté un peu au pif ce qui nous semblait suffisamment ferme.

Aujourd’hui je suis presque certain que la qualité de la mousse colombienne était la même, voire supérieure à celle de Martinique. En effet, même si nous ne dormons plus dessus, elle équipe toujours les assises de tout le voilier.

De surcroît, nous avons découvert que la découpe sur mesure des mousses était un jeu d’enfant avec une bonne règle et un long couteau sans dent bien affûté ! Nous avons donc acheté une mousse de 18 cm d’épaisseur qui nous a permis la réalisation de la banquette du carré ainsi qu’un grand coussin du cockpit (le deuxième sera conçu 2 ans plus tard avec la mousse résiduelle du matelas de la cabine avant). Nous avons donc découpé tout ça nous même et ainsi équipé le voilier avec du neuf. Pour couronner le tout nous avons fait recouvrir ça par des pros, le tout pour un prix dérisoire. En effet, nous avons payé 250 Euros pour un taud magnifique (tissu inclus !) et la réalisation d’une bonne partie de la sellerie ! Aujourd’hui, nous avons deux grands coussins dans le cockpit qui nous permettent de complètement nous allonger à l’extérieur, 18 cm d’épaisseur, un vrai bonheur !

Vive la Colombie ! Sur la photo ci-dessous (prise 8 ans plus tard, en 2017), vous voyez nos coussins de cockpit et notre taud colombien, pas mal n’est-ce pas ?

Matelas pour cockpit

Choisir le bon matelas…En Polynésie !

Mais nous avions toujours mal au dos au réveil, la mousse de la cabine avant devenait à nouveau insupportable avec les mois qui passaient. Il nous fallait un vrai bon matelas, comme à la maison. Le matelas qui s’engage une dizaine d’années ou plus à prendre soin de notre sommeil et de notre dos !

Nous sommes cette fois fin 2011, en Polynésie Française sur l’île de Raiatea. Nous nous sommes alors vraiment penché sur la chose pour prendre la bonne décision. Tarifs, densité, durée de vie, résistance à l’humidité, hygiène, possibilité de se faire livrer, de les découper ou commander sur mesure…Pour prendre ce genre de décision, il faut du temps. Et finalement, notre choix se dessine : Nous allons acheter deux vrais bon matelas latex ! Voilà, ce qu’il nous faut ! Ce n’est pas donné, mais si vraiment il tient une dizaine d’année comme prévu, il reviendra moins cher que les mousses. BEAUCOUP moins cher même s’il faut changer de mousse tous les deux ans !

Matelas Latex pour voilier

Concernant l’achat et la livraison, nous avons trouvé le fournisseur : Polymeuble qui se trouve sur l’île de Tahiti. Nous commençons par expliquer que nous voulons un matelas aux formes plus où moins « trapézoïdales ». Polymeuble se renseigne auprès de son fournisseur en métropole, qui nous propose alors un tarif EXORBITANT et un délai de 4 mois minimum pour nous livrer un matelas sur-mesure !

Alors comment faire rentrer nous même un matelas rectangulaire de « terrien » dans nos cabines ? Prise de tête, mais nous en avons tellement marre d’avoir mal au dos que nous devons trouver la solution. De plus, nous allons accueillir de plus en plus de monde à bord avec la famille et l’école de voile Mata’i Nautisme que nous sommes en train de créer, et nous voulons que la cabine arrière soit elle aussi au top de ce coté là !

Modifier sommiers et cabines

Je mesure alors la cabine arrière dans tous les sens et acquiert la certitude qu’un rectangle de 140 x 190 x 20 cm peut passer si on enlève tous les emménagements. J’attrape ma scie sauteuse et non sans hésiter une dernière fois, fais un carnage dans la cabine arrière : J’enlève tout l’ameublement qui comportait de multiples rangements soigneusement et solidement fabriqués.

Le vendeur nous ayant prévenu qu’il fallait absolument que les matelas respirent par en dessous, je prends ensuite l’initiative de fabriquer un sommier, réalisé au départ en contreplaqué et pour finir avec des grosses lames de teck que je peux facilement déposer lorsque j’ai besoin d’accéder sous le matelas.

Car dans un bateau on a souvent besoin d’accéder sous les matelas, alors il faut prévoir des solutions pour que ce soit possible et pas trop contraignant. Avec de tels matelas, il vaut mieux y penser avant : Pour ce qui est par exemple du matelas de la cabine arrière nous allons installer des mousquetons sur les poignées de portage qui permettront de facilement le plier en deux.

Le matelas de la cabine arrière rentrera donc tel quel. Mais pour la cabine avant, impossible de gagner du volume, il va falloir découper le matelas nous-même, la décision est prise !

Cabine arrière Ginfizz
Cabine avant Ginfizz

Coût et livraison des matelas

Le prix des matelas choisis chez Polymeuble était d’environ 850 Euros chacun, livrés à bord grâce au bateau cargo des îles, le Taporo que vous voyez ci-dessous. La livraison en elle-même n’est vraiment pas chère, une vingtaine d’Euros entre Tahiti et Raiatea, donc de ce côté là c’est parfait. Le Taporo accoste à Uturoa, sur le quai que vous voyez également ci-dessous. Nous nous sommes amarrés juste derrière lui avec FIDJI. Et c’est à l’aide d’un Fenwick que les dockers nous ont livré les deux matelas directement à bord, le tout sous la pluie.

Nos livreurs étaient dubitatifs, se demandant si ces deux gros matelas étaient bien adaptés dans un voilier comme le nôtre. Et il est vrai que nous aussi on se demandait à ce moment là si nous n’avions pas fait une bêtise.

Est-ce que nous allions réussir à découper et recoudre un truc pareil à la main ? La question nous a longtemps taraudé, nous nous sommes donc tout de suite mis au boulot. Le matelas de la cabine arrière a effectivement pris sa place sans problème. Quel confort, c’est top ! Concernant celui de la cabine avant…Nous mettons nos casquettes de « matelassier ».

Uturoa - Raiatea
Bateau Taporo Polynésie

Ci-dessous, l’arrivée des matelas à bord :

Arrivee du matelas dans le carre

matelas cabine arrière
Nouveau matelas voilier

Faire rentrer un matelas de 140 x 190 dans une cabine avant de voilier

D’abord, Isa découpe soigneusement la housse de protection en plastique pour la garder, car c’est un plastique idéal pour faire les patrons pour fabriquer une housse d’annexe (il nous faudra aussi vous raconter ça d’ailleurs).

Découpage de la housse de protection du matelas

Couper notre nouvelle magnifique acquisition est vraiment un crève cœur, mais bon, nous n’avons pas le choix et nous pensons aux bonnes nuits qui vont suivre…

Munis d’un couteau très bien affûté et d’une excellente paire de ciseaux nous nous attaquons à l’ouvrage. Après avoir dessiné les nouveaux contours, nous découpons soigneusement le coutil du matelas avec les ciseaux. Ensuite, le latex est coupé au couteau.

Découpage du coutil
coutil matelas bateau

Nous gardons intact la bordure du matelas afin de la recoudre sur la partie ajustée à la bonne taille. À l’aide du « speedy sticher », le fameux « coud vite » en français, Isa recoud la bande de côté. Un exercice de couture de plus de 6 heures non stop !

Nouvelles coutures matelas speedy sticher
Couture speedy sticher matelas

Couture matelas voilier

Matelas sur mesure pour voilier

Isa : Je n’ai pas utilisé de fil ciré, mais mon fil toronné spécial UV que j’utilise en général pour tous mes travaux de couture extérieur. C’est un fil très solide et pour ce travail il correspondait tout à fait. Mes mains vont garder quelques jours des ampoules et fentes dues au serrage des points. Mais je ne regrette pas d’autant plus que c’est pour 10 ans à priori ! Quel bonheur de se réveiller frais et dispo sans aucune courbature, sans tension musculaire ! Le pied !  Nos nuits sont  absolument parfaites…. Les siestes aussi d’ailleurs !

Pour finir en beauté, je vous ai fais une petite compilation des vidéos que nous avons tournées à cette occasion

(Attention ça commence avec une scie sauteuse et un aspirateur en fonctionnement : Baissez le son)

Conclusion

Aujourd’hui nous sommes en 2017 et nous dormons toujours sur ces matelas. ET NOUS N’AVONS PLUS MAL AU DOS ! QUEL PIED ! Quant à nos invités, ils sont souvent étonnés de dormir aussi bien à bord…

Bref il nous semble que nous avons fait les bons choix et si c’était à refaire et bien nous changerions ces mousses avant même de quitter la métropole ! Car notre seul regret c’est d’avoir attendu d’être au milieu du Pacifique pour faire cet achat. Nous nous serions économisé quelques douleurs ainsi que l’achat de ces mousses HR35 de Martinique sur lesquelles nous avons tout de même dormi plus de deux ans…

Nous le savons maintenant, un bon matelas c’est important et vivre sur un voilier c’est bien aussi quand on y vit confortablement.

Alors bonne nuit à tous !

Patrick Belliot

Mata’i Nautisme

Partager