7. Canaries – Papas arrugadas sauce Mojo

Durant cette traversée, j’ai fait la culbute dans la cabine arrière en relevant ma ligne de traîne, et Paf ! Un œil au beurre noir ! Et pourtant la mer était agréable. Je n’avais pas prévu cette utilisation pour le beurre noir. Heureusement que nous avons toujours de l’argile à bord, c’est un remède miracle pour nous !

Six jours de mer et enfin les terres se dessinent sur l’horizon. Des petits points qui grossissent doucement. C’est vraiment chouette d’arriver quelque part ! Et encore plus quand c’est l’endroit prévu ! Je jubile d’avoir suivi notre parcourt sur la carte, d’avoir fait le point. Et d’avoir cuisiné sans problème, même avec un œil amoché. Ça y est, j’ai le pied marin !

Nous jetons l’ancre à La Graciosa, île toute rouge et très sèche. Derrière nous se dresse la falaise vertigineuse de Lanzarote où nous irons ensuite.

Mouillage la Graciosa

Au mouillage à la Graciosa – Iles Canaries

Sur Ténérife nous grimpons sur le volcan Teide qui touche le ciel. Troisième volcan le plus haut du monde, son sommet culmine à 3718 mètres et est couvert de neige ! Je profite de l’escale pour remplir à nouveau les bocaux. Nous ne savons pas ce que nous trouverons au Cap Vert.

Ici, les transports en commun sont au top pour aller partout ! Arrivés ensuite à La Gomera, nous louons une voiture. Le tour de l’île nous offre un kaléidoscope de couleur et de végétation.

El Hiero, dernière île des Canaries que nous visitons, est en pleine transition énergétique et écologique ! Aujourd’hui, et ce depuis 2017, elle a su se rendre autonome énergiquement ! C’est un modèle à suivre !

Nous découvrons le langage sifflé des Canaries avec le Silbo, et une spécialité gastronomique toute simple : les Papas Arrugadas.

Ce sont des pommes de terre cuite à l’eau de mer jusqu’à évaporation de l’eau. Recouvertes alors d’une couche de sel la peau va se fripper. Accompagnées de la sauce : Mojo Rojo, il n’y a plus qu’à passer à table !

Les Bières Dorada et Reina de l’ile de Ténérife, légères, font des miracles sous le soleil espagnol ! (C’est vendeur non ?)

Papas Arrugadas (pommes de terre ridées des Canaries)

Il s’agit donc d’un met traditionnel aux îles Canaries, qui peut être servi comme plat principal, en garniture de plats de viande ou de poisson, ou comme tapas accompagnés d’une sauce appelée « mojo ». Cette sauce est au poivron, elle peut donc être rouge… ou verte.

La plat se prépare avec des pommes de terre nouvelles qui sont nettoyées (et non épluchées), puis bouillies dans l’eau de mer. Ainsi cuites, leur peau se flétrit. Dans certaines variantes, après la cuisson dans l’eau salée(35g de sel pour 1 litre d’eau), une grande partie de celle-ci est éliminée, puis le reste est cuit jusqu’à ce que les pommes de terre se dessèchent.

Les pommes de terre utilisées sont généralement de la variété locale « papa bonita », et peuvent se consommer avec la peau ; elles doivent être aussi petites que possible, sinon, elles perdraient leur saveur et n’absorberaient pas toute la sauce.

Papas Arrugadas et sauce Mojo
Papas Arrugadas et sauce Mojo

Mojo Rojo ou Piquant

Ingrédients pour 4 personnes

  • 1 tête d’ail
  • 2 poivrons rouges (ou verts)
  • 1 cuillère de cumin en grain
  • 1 petite cuillère de paprika doux
  • 1 petit piment rouge ou vert
  • 4 cuillères à soupe de vinaigre
  • 15 cuillères à soupe d’huile d’olive et gros sel suivant le goût de chacun

Méthode

1. Dans un mortier, piler l’ail pelé, le cumin, les poivrons bien lavés, épluchés pour être plus digestes et épépinés, le petit piment et le gros sel jusqu’à former une pâte

2. Ajoutez le paprika doux,  le vinaigre et l’huile très lentement jusqu’à former une sauce épaisse

3. Cette sauce peut s’alléger avec une petite tasse d’eau. À noter : Cette sauce peut se conserver dans le réfrigérateur pendant plusieurs mois

Et ne jamais se frotter les yeux ou les lèvres quand on a du piment sur les doigts. Ça brûle !

Retour haut de page