Matériel divers utilisé à bord

Dans cet article, je vais lister quelques petits matériels que nous utilisons à bord, tous les jours ou presque, et qui nous sont particulièrement utiles. Il me faudra revenir dessus de temps à autre, pour le compléter ou le modifier.

En attendant, voici déjà un premier jet !

Les chaussures pour le pont

Lorsque nous accueillons nos stagiaires à bord, nous leur postons une fiche pour leur parler du matériel à ne pas oublier. Et une des questions qui revient le plus souvent, c’est au niveau des chaussures. Certes, nous n’en portons généralement pas lorsque nous naviguons sous les tropiques, mais dans nombre de situations, elles peuvent servir et il faut avoir avec soi une paire adaptée.

En tout cas pour les navigations en métropole, elles sont vraiment indispensables et doivent avoir certaines caractéristiques. Bien sûr elles doivent être propres et anti-dérapantes, mais en plus, la semelle doit avoir une couleur claire pour ne pas marquer les ponts.

Avoir des semelles noires n’est pas forcément un problème, il y a d’ailleurs nombre de « chaussures bateaux » (à mon avis bien trop chères => étiquette « bateau » = prix x 2) qui ont des semelles noires.

Bref, vous pouvez utiliser des semelles sombres, mais à condition qu’elles ne laissent pas de traces de frein derrières elles. C’est donc à vous de vérifier si c’est le cas, et dans le doute, je vous propose de jeter un œil à ces baskets des marques New Balance que je porte tout le temps et qui m’apportent toute satisfaction.

Les masques de plongée

Voilà un matériel qui ne figure pas dans l’inventaire chez les loueurs de bateau de métropole. Il est pourtant absolument indispensable, même en eaux froides.

Pourquoi ? Et bien parce qu’il faut parfois dégager une ligne dans l’hélice (sa propre ligne ou celle des autres) ou dans le safran. Ou bien un cordage tombé à l’eau, une écoute de génois, une bosse d’enrouleur, voire une drisse de grand-voile, comme c’est arrivé à des connaissances sur un catamaran !

Sans parler des éventuels problèmes de mouillage, de matériel tombé à l’eau qu’il faut aller récupérer par 4 ou 5 mètres de fond…

Avoir un masque et un tuba à bord et savoir s’en servir est absolument indispensable. Voici donc le masque que j’utilise en ce moment, le Cressi Perla, et il me convient parfaitement.

Les palmes de leur côté, sont certes « moins » indispensables en terme de sécurité pour le voilier, d’ailleurs je n’emmène pas de palmes lors de mes croisières en Bretagne.

Cela dit, pour toute croisière en Nouvelle Calédonie, si vous avez l’intention de nager sur le récif (où le courant est parfois très fort), il vous faudra des palmes. Nous avons quelques paires à bord, mais n’avons bien sûr pas toutes les pointures. Ici, voici mes palmes, les Cressi Rondinella. Après pas mal d’essais, j’ai trouvé celles qui me conviennent et avec lesquelles je peux nager longuement sans la moindre crampe.

Retour haut de page