Contact : info@mata-i-nautisme.fr

Formation voile croisière – Repères essentiels

Formation voile croisière – Repères essentiels
20 mars 2018 Patrick Belliot
Mouillage à Hienghene

Formation voile croisière – Repères essentiels

Pourquoi ce dossier ?

Récemment, j’ai publié ce dossier Formation voile croisière – Repères essentiels. Vous le retrouverez sous l’onglet « Médiathèque » – « Dossiers ».

Il est gratuit parce que je pense que donner quelques repères de formation voile est une démarche essentielle pour encourager les plaisanciers à se former.

Ce dossier donne un aperçu des compétences qu’il est possible d’acquérir si l’on souhaite se former à la navigation sur un voilier. En ce qui me concerne, apprendre est un plaisir, progresser est un plaisir, savoir faire est un plaisir. En tant que formateur, je continue bien sûr à me former et suis toujours à la recherche de nouvelles compétences et de nouveaux savoirs.

Prendre la responsabilité d’un voilier de croisière

Même si ces listes de compétence voile pourraient en effrayer certains, il faut bien se rendre compte que ce n’est pas non plus « énorme » ! Quelques semaines de formation sérieuses peuvent suffire à donner d’excellentes bases pour la suite. Aujourd’hui nombre de plaisanciers n’ont pas ces fameuses bases.

La suite quant à elle est infinie, car l’apprentissage continue pour celui qui s’intéresse aux multiples aspects de la voile et de la croisière. Lire, c’est déjà super pour se former, mais il faut également PRATIQUER et échanger avec d’autres plaisanciers.

La mer et les océans – Espace liberté

La mer est, au même titre que la montagne, un espace ou les plaisanciers et autres touristes peuvent se détendre, s’éclater et / ou faire du sport. Moi-même j’en profite depuis ma plus tendre enfance.

Mais ce n’est qu’en allant suivre diverses formations que j’ai pris conscience des métiers et des compétences, des enjeux et des perspectives du monde de la mer. J’ai eu la chance d’avoir des formateurs m’ouvrant les yeux sur ce monde passionnant. Un monde souvent ignoré, malheureusement exploité à outrance et encore bien trop considéré comme une poubelle.

Il convient donc de s’engager à mieux faire connaître ce milieu. Je soutiens évidemment toute démarche écologique ou pédagogique dans ce sens. Car comme le dit Paul Watson, « si l’océan meurt, nous mourrons ».

Les océans méritent qu’on s’y intéresse de très près

C’est notre intérêt vital. Il faut ALLER en mer ! Il faut apprendre et essayer de comprendre : Les océans ingurgitent des quantités phénoménales de produits toxiques rejetés par les humains (solides, liquides ou gazeux). Ils produisent une grande partie de l’oxygène que nous respirons et recyclent le dioxyde de carbone. Ils nourrissent la plupart des humains et régulent le climat de toute la planète.

Quel rapport avec ce dossier « Formation voile »

Et bien j’imagine que le mieux pour faire ma part c’est de le faire à travers mes compétences et mon expérience personnelle. En tant que skipper professionnel, moniteur de voile et depuis peu blogueur, je fais donc ce que je sais faire : Enseigner, faire découvrir ce milieu et écrire.

Je partage mon plaisir de naviguer et de vivre sur un voilier pour faire aimer la mer.

Pour que la mer soit connue et respectée, il faut qu’elle soit appréciée. Il faut donc que les gens sortent en mer et que leur expérience se passe bien.

Des bateaux de plaisance coincés sur les pontons ?

La moyenne annuelle du nombre de jours de sortie en mer des bateaux de plaisance est très faible. La plupart des voiliers (mais il en va de même pour les bateaux à moteur) ne bougent pas des masses, c’est le moins que l’on puisse dire.

Mon analyse est aujourd’hui celle-ci : Une personne achète son bateau parce qu’elle rêve d’aller naviguer depuis longtemps. Mais a t’elle conscience des contraintes ? Qui lui a expliqué que cela peut se révéler compliqué à gérer ? Aujourd’hui, pas grand monde n’ose parler sérieusement des contraintes et de l’investissement (en argent et en temps) qu’il faut consacrer à un bateau lorsqu’on devient propriétaire.

Les sorties en mer peuvent ne pas se dérouler très bien dans ces circonstances, « prise de tête en famille » … La sortie en mer peut se révéler contraignante aussi en fonction des circonstances. Tout le monde n’apprécie pas forcément la promiscuité, le roulis, l’humidité…Alors avec le temps le bateau sort moins. La météo n’est jamais la bonne, personne ne veut accompagner le propriétaire, le bateau n’est jamais près à partir…

Il y a toujours une bonne excuse pour rester au port

Résultat, certains bateaux ne sortent plus que rarement, voir plus du tout.

On entend alors ce dicton idiot : « Il y a deux jours de bonheur dans la vie du plaisancier, le jour de l’achat et le jour de la vente de son bateau ».

Un dicton bien triste que je n’apprécie pas du tout, mais qu’on entend toujours…

Bref, j’ai écrit ce petit guide des repères pour ceux que cela intéresse de savoir où ils en sont dans leur formation voile.

Et pour encourager. La méthode d’apprentissage importe peu, l’important c’est de savoir faire…et d’avoir envie !

Bon vent à tous !

Voir le dossier

Patrick Belliot

Mata’i Nautisme

Si ce récit vous a plu, n’hésitez pas à le partager,

vos commentaires sont les bienvenus !

Toute utilisation/reproduction totale ou partielle de notre travail,

qu’il s’agisse de nos écrits ou de nos images, ne peut se faire qu’avec notre accord.

Partager